09/04/2021

Le développement durable à Sautron est une réalité depuis déjà deux mandats. Dès 2008, la municipalité d’alors, sensibilisée aux enjeux de préservation de la planète s’est engagée dans la réalisation du 1er agenda Sautronnais. Forte de cette première mobilisation et soucieuse de maintenir l’effort, la Ville a lancé en 2015 une seconde démarche qui a pris la forme d’un plan de 31 actions appelé Sautron Développement durable, S2D. En ce début de mandat, la municipalité souhaite engager notre territoire dans une nouvelle trajectoire avec pour finalité le bien être des habitants et de tous les acteurs qui font notre ville.
 
Forte du dernier plan avec 31 actions réalisées, la Municipalité a souhaité initier rapidement une nouvelle démarche, autour des cinq enjeux du développement durable :
·         Enjeu 1 : Préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources
·         Enjeu 2 : Epanouissement de tous les êtres humains
·         Enjeu 3 : Protection de l’atmosphère et lutte contre le changement climatique
·         Enjeu 4 : Cohésion sociale et solidarité entre territoires et entre générations
·         Enjeu 5 : Mode de production et de consommation responsable
 
« Le développement durable constitue une préoccupation majeure de notre équipe. Il s’agit d’une démarche transversale qui irrigue d’ailleurs toutes nos politiques publiques. Nos concitoyens ont pris la pleine mesure de ces enjeux et nous souhaitons continuer à mobiliser fortement l’ensemble du territoire » déclare Jean-Hubert FLAMANT, adjoint en charge du développement durable et des relations avec Nantes Métropole.
 
Le S2D a vraiment fait progresser le territoire sur plusieurs sujets, notamment en terme de lien social par exemple avec les jardins partagés ou encore l’écopâturage. Les habitants se sont mobilisés très concrètement. Un 1er composteur a vu le jour, la Ville travaille à la mise en place d’un second avec l’association Le Lien Sautronnais.
Dans le domaine du gaspillage alimentaire, le travail engagé a permis de réduire le gaspillage de 20% au bout d’un an, grâce à la forte implication des agents du service restauration et animation et des enfants.
Dans le prolongement, une ligne de self a été mise en place dont l’impact sur le gaspillage sera mesuré au printemps prochain.
 
Le territoire passe à l’action
 
Souhaitant que chaque Sautronnais s’empare concrètement du projet, la municipalité a fait le choix de partir d’une feuille blanche pour laisser libre cours aux idées. Un questionnaire (ci-contre) permettra à tous les habitants de faire part de leurs suggestions.
Questionnaire à déposer avant le mardi 20 avril 2021 aux accueils de mairie, par mail mairie@sautron.fr ou par voie postale (14 rue de la Vallée 44880 Sautron).

Les associations et acteurs économiques, le Conseil des Sages ainsi que les enfants via le Conseil Municipal des Enfants seront également sollicités pour remplir le questionnaire selon leurs propres enjeux.
Côté Ville, élus et agents municipaux ont également travaillé pour faire émerger de nombreuses idées.
À réception des questionnaires, la ville récoltera cette moisson d’idées qu’elle présentera au groupe de travail ad’hoc pour précision des actions, regroupement des idées par thème et enfin sélection des actions pour le nouveau S2D Horizon 2030.
Le nouveau plan d’actions ainsi défini sera présenté au Conseil municipal de décembre et développé dans les pages du Sautron magazine.
« Dans ce domaine, tout le monde doit agir. La Ville mettra elle-même en œuvre des initiatives en tant qu’acteur du territoire, mais nous pourrons également être amenés à soutenir, accompagner des initiatives portées par des associations, des entreprises ou même des particuliers selon l’impact/le bénéfice de l’opération sur la ville de Sautron ou ses habitants » précise le Maire, Marie-Cécile GESSANT.
 
« Pour que les habitants, associations, entreprises et autres organisations s’approprient le projet, il faut qu’ils en deviennent acteurs. Tout est à écrire, mais j’espère  des actions en faveur du lien social et des propositions sur les économies d’énergies » conclut Jean-Hubert FLAMANT.