22/12/2021

​​​​​​​Après deux années d’apprentissage à l’URMA-Cifam de Sainte-Luce-sur-Loire, Hugo PAGEOT a décroché une médaille d’argent au concours du Meilleur  Apprenti de France au niveau départemental, mention boulangerie. Entretien avec ce jeune Sautronnais de 19 ans qui revient avec nous sur sa formation et sa passion.

Comment fait-on pour obtenir une médaille de Meilleur Apprenti ?
Depuis plus de 2 ans, je vis « boulangerie ».  Mon père a une formation de Pâtissier-Chocolatier, et mes arrière-grands-pères étaient tous les deux boulangers ainsi que mon arrière-arrière-grand-père jusqu’à la guerre de 14. Je connais certaines anecdotes du milieu. J’ai commencé mon apprentissage en CAP boulangerie il y a plus de 2 ans maintenant. 
En évoluant parmi mes collègues, j’ai eu envie de me challenger et d’acquérir plus de compétences et de savoir-faire. C’est comme cela que j’ai choisi de passer le concours du Meilleur Apprenti de France.

Une préparation, réputée difficile ?
Ça n’a pas été simple tous les jours, mais c’est passionnant. Je me suis entraîné sans relâche pendant des semaines, tous les après-midis, y compris lors de mes jours de congés. Mon patron à la boulangerie « L’Amour est dans le Blé », à Orvault, a su m’accompagner à différents niveaux. J’ai élaboré mes propres recettes.
Et puis, il faut avoir un bon niveau mental pour tenir le rythme. Mon objectif est de rendre le produit le plus parfait aux yeux du jury, j’ai dû surmonter toutes les difficultés. Je suis extrêmement heureux d’avoir obtenu cette médaille d’argent.
Actuellement, je poursuis en Corse ma formation en CAP pâtissier. Je n’ai pas fini de passer des concours : l’année prochaine, je tenterai celui du Meilleur Apprenti pâtissier.

Hugo PAGEOT.jpg